“Décroissance” – Le marxisme est de retour pour l’ère moderne


Jugées uniquement par les best-sellers de la plus grande librairie du quartier financier de Tokyo, les rues du Japon fin 2022 devraient désormais être léchées par les flammes révolutionnaires.

Sur une série d’étagères se trouvent les titres qui vénèrent les affaires, déifient son panthéon de leaders mondiaux et promettent aux lecteurs la suprématie avec sept clés du succès. Là où ces volumes identifient des crises – pensions sous-financées, effondrement démographique, implosion climatique – ils le font avec la foi intrépide que le capitalisme présentera une solution.

Mais de l’autre côté de l’allée vient le grognement nouvellement remasterisé de Karl Marx – insistant d’outre-tombe sur le fait que les freins doivent être claqués sur les unités de propulsion économiques du monde, cette mise à jour est joliment emballée pour la consommation de masse du Japon moderne découragé et présentée comme l’original visionnaire de la philosophie de la « décroissance ».

La nouvelle vague de livres japonais lorgnant le malaise mondial à travers un prisme marxiste comprend un mangue (comique) explicateur de Das Capital qui dépeint l’exploitation ouvrière dans un charmant camping de montagne et vise à élargir le public potentiel de salariés de convertis à la décroissance.

Au premier rang de la récente intégration de Marx au Japon, il y a Kohei Saito, un philosophe très engageant qui, à partir d’une étude doublée d’un livre à l’Université de Tokyo, soutient que la décroissance est le seul moyen de sauver la société d’une crise d’inégalité et d’une catastrophe environnementale imminente. La croissance ne nous a pas rendus heureux. La frustration est au rendez-vous. Les flacons de café réutilisables ne nous sauveront pas, affirme-t-il en en sirotant un.

Que le public japonais soit réellement d’accord avec la thèse ou non – et il n’y a aucune raison d’assimiler un vaste lectorat à une conviction généralisée – un grand nombre de personnes sont certainement curieuses de la formulation de la question par Saito. Et cela en soi est intrigant à la lumière de l’une des divisions générationnelles les moins discutées au Japon : la séparation entre les personnes âgées de plus de 50 ans environ et les moins de 35 ans – ces derniers étant sans doute la première cohorte décroissante du monde riche.

de Saito Capitale à l’Anthropocène, publié fin 2020 et superposant les écrits de Marx sur le monde naturel avec un appel aux armes sur la durabilité et le changement climatique, n’était pas un succès particulièrement probable. Mais la pandémie, dit Saito, a créé une sympathie naturelle pour l’idée de décroissance et a secoué le Japon de la conviction que d’énormes modifications du jour au lendemain de la vie ordinaire étaient hors de question. À la surprise même de son auteur, le livre et sa prescription pour un bouleversement systémique se sont vendus à plus d’un demi-million d’exemplaires et devraient être publiés en anglais et dans d’autres langues l’année prochaine. Son suivi, Avant le Déluge : Marx et le métabolisme planétairea été publié le mois dernier et, selon le personnel de vente de Maruzen, fait un commerce rugissant.

Bien que Saito formule son argumentation sur des tons académiques, des éléments de sa philosophie de la décroissance se chevauchent avec ceux des militants climatiques les plus bruyants en dehors du Japon. La grande partie de la mission de Saito est simplement de provoquer une conversation japonaise sur l’urgence climatique là où, pour le moment, il n’en voit presque aucune.

Il est brutal vis-à-vis de la tendance historique du Japon à emballer l’économie avec des « emplois de merde » qui consomment inutilement la main-d’œuvre de plus en plus précieuse du pays. La viande, les VUS et les voitures de sport devraient être beaucoup plus lourdement taxés pour compenser les dommages qu’ils causent, dit-il. Il pense également que, parce qu’elle fonctionne si bien pour promouvoir une consommation inutile sans fin, la publicité devrait être fortement restreinte – en particulier le type d’écrans LCD géants qui surplombent Tokyo, épuisant l’énergie que le Japon peut difficilement se permettre de gaspiller. “Nous pourrions éliminer la publicité de la société et personne n’en souffrirait sauf l’industrie de la publicité”, dit-il.

Mais l’aspect le plus important sur le plan commercial de la nouvelle tendance marxiste de Saito, admet-il, pourrait bien être qu’il est articulé par un homme de 35 ans. Saito est né à la fin des années 1980, pendant l’inflation de l’une des plus grandes bulles financières de l’histoire, et il est entré à l’école primaire au moment où le Japon entamait ses trois décennies de stagnation économique.

Le Japon a été en déflation pendant la majeure partie de sa vie d’adulte, les salaires dans tout le pays n’ont pas augmenté et les taux d’intérêt ont été nuls. Il voit peut-être encore le Japon comme un paysage de consommation tentaculaire d’un capitalisme destructeur et obsédé par la croissance, mais il fait partie de ces deux générations qui ont atteint l’âge adulte sans connaître la croissance telle que la connaissaient leurs prédécesseurs.

Ce sont les Japonais, soupçonne-t-il, qui lisent ses livres et se demandent peut-être si le type de changement systémique à fond qu’il propose n’est pas si hors de question. Les rues du Japon ne sont bien sûr pas en feu. Mais certains ont peut-être déjà adopté tranquillement la philosophie de la décroissance.

[email protected]



Source link