Des solutions de télémédecine innovantes présentées par des startups lors du HIMSS22 APAC


Cinq startups basées en APAC ont pris la parole lors de la conférence HIMSS22 APAC cette année dans l’espoir de gagner du terrain pour leurs entreprises.

La vitrine de l’innovation numérique, organisée par Zoom et HIMSS, demandait aux startups de proposer des solutions tirant parti de la vidéo ou de la visioconférence.

Le gagnant de la vitrine serait reconnu lors du dîner de remise des prix HIMSS APAC et aurait la possibilité d’avoir un appel de 30 minutes avec Brendan Ittelson, directeur de la technologie de Zoom.

Le jury de la vitrine était composé de six personnes : Benjamin Lim, responsable APAC, ISV Platform Business Development, Zoom ; Benedict Tan, directeur de la stratégie numérique du groupe, SingHealth ; Dr Tullawat Pacharapha, chef de l’exploitation, hôpital Vejthani ; Jennie Kung, directrice principale, Mayo Clinic Innovation Exchange ; Mohammad Adib Khumaidi, président, Association médicale indonésienne ; et Dr Dhesi Raja, membre du conseil d’administration, Malaysia Digital Economy Corporation.

La séance a été animée par Bruce Steinberg, directeur général et chef, HIMSS International.

Jignesh Bhuta, directeur de l’exploitation de Smartfuture, a d’abord présenté l’application patient et le portail médecin de sa startup. Il a partagé qu’une fois que les patients ont saisi leurs coordonnées sur l’application et sélectionné leurs symptômes, ils seront amenés à une page où ils pourront sélectionner un appareil utilisé pour mesurer leurs signes vitaux.

“Nous avons intégré [around 400] dispositifs médicaux de différentes marques, capturant plus de 31 signes vitaux, qui comprennent à la fois intermittents et continus », a-t-il ajouté.

Une fois que le patient a enregistré ses signes vitaux au format vidéo ou photo, les informations seront stockées à la fois dans l’application patient et dans le portail du médecin. Le médecin peut voir immédiatement ce que le patient a enregistré et passe un appel vidéo avec le patient. Suite à l’appel, le médecin est amené à un module où il peut prescrire des médicaments, délivrer un certificat médical ou fournir une lettre de référence à un spécialiste.

“Nous terminons ce voyage en envoyant tout cela par e-mail au patient… Nous espérons rendre le parcours patient-médecin un peu plus pratique”, a-t-il conclu.

Kung a demandé à Bhuta de partager le cas d’utilisation le plus courant de la plate-forme, auquel il a répondu que le plus récemment, il s’agissait de cas de premiers intervenants.

“[We also see] beaucoup de gestion de cas chroniques, et ces programmes peuvent durer de trois semaines à un an. Non seulement cela, mais lorsque nous avons commencé, la plate-forme était en fait un kiosque de santé auto-surveillé avec des appareils connectés par Bluetooth. Donc en termes de santé de la population, nous avons participé à beaucoup de projets de santé communautaire et les vitaux seront utiles à l’élaboration de beaucoup de politiques par les communautés, les hôpitaux. »

La plateforme de santé numérique intégrée d’AlteaCare

William Suryawan, directeur de l’exploitation et cofondateur d’AlteaCare, a parlé de sa plateforme qui relie les patients de toute l’Indonésie aux professionnels de la santé dans les hôpitaux. Pour expliquer le fonctionnement d’AlteaCare, ils ont utilisé l’étude de cas d’une patiente nommée “Junita”.

Junita – utilisant AlteaCare – a consulté un médecin basé à Jayapura au sujet de son état par appel vidéo, mais elle n’était pas satisfaite des recommandations de traitement et souhaitait obtenir un deuxième avis d’un médecin basé à Jakarta, la capitale indonésienne. Elle a transmis ses résultats de laboratoire, qui ont été enregistrés sur la plateforme, à ce médecin pour une consultation. Satisfaite du traitement et des recommandations médicamenteuses, elle a choisi de les acheter et de se les faire livrer à son domicile.

“Et cela peut arriver parce qu’AlteaCare est intégré avec succès aux dossiers médicaux électroniques dans les hôpitaux. Ainsi, après une téléconsultation, un patient peut accéder au résumé du dossier médical et transmettre son dossier médical à n’importe quel médecin auquel il souhaite avoir un deuxième avis », a-t-il conclu.

Khumaidi voulait savoir comment AlteaCare se différencie des autres applications de télémédecine.

“Parce qu’AlteaCare est intégré au système, les médecins n’ont pas besoin de saisir des informations dans la plateforme AlteaCare et peuvent le faire dans leur DME ou SIH. Nous avons réussi à convaincre les hôpitaux d’ouvrir leur API à des applications externes pour rendre le parcours du patient plus fluide. [It’s also an] une expérience client améliorée, si le patient veut se rendre à l’hôpital après la consultation hors ligne, toutes les données sont à l’intérieur de l’hôpital », a expliqué Suryawan.

L’écosystème numérique de DoctorTool pour les prestataires de soins de santé

Finance

Rainaldo, PDG et co-fondateur de Doctor Tool, a expliqué que sa startup de technologie de la santé fournit un écosystème numérique aux prestataires de soins de santé et aux citoyens, citant que leurs plus de 230 clients sont répartis dans 24 provinces d’Indonésie.

Ils ont fait la démonstration du produit par le biais d’une téléconsultation avec un médecin, qui a pu voir immédiatement ses antécédents médicaux tels que les diagnostics et les prescriptions antérieurs. Au cours de la téléconsultation, il a également utilisé un tensiomètre (BP) – qui était connecté au Doctor Tool Hub – permettant au médecin de voir sa lecture de BP. Le médecin lui a alors fourni une ordonnance, la plateforme lui permettant d’opter pour des services de coursier ou de retirer ses médicaments en pharmacie.

“Le hub Doctor Tool peut se connecter à de nombreux appareils, à de nombreux capteurs. Nous pouvons l’utiliser dans des établissements médicaux. Avec ce type de télémédecine, les médecins peuvent fournir des diagnostics et prescrire des médicaments plus régulièrement. Nous avons déjà mis en œuvre avec succès cette technologie pour aider les médecins des universités indonésiennes. [provide care] pour les familles avec des bébés ou de jeunes enfants dans les zones rurales d’Indonésie », a déclaré Rainaldo.

Tan voulait savoir si le patient pouvait voir ce que le médecin tapait pendant la consultation et d’où venait l’historique du patient.

“Je ne peux pas le voir pendant l’appel, mais après la conversation, je peux consulter les enregistrements”, a expliqué Rainaldo. Il a ajouté que l’historique auquel le médecin fait référence provient de consultations antérieures sur l’application.

Le SIH de Kesia avec fonction de télémédecine

Finance

San Emirza, directeur financier du groupe Kardia en Indonésie, a commencé sa démonstration en déclarant que la télémédecine n’est qu’une petite fonctionnalité du Kesia HIS.

“Dans les îles éloignées d’Indonésie, nous n’avons pas vraiment une bonne répartition des spécialistes – probablement un grand nombre de médecins généralistes seulement. Donc [in Kesia] nous avons une fonctionnalité dans notre DME qui permet aux médecins généralistes de consulter des spécialistes vivant dans les grandes villes comme Jakarta », a-t-il déclaré.

Emirza a expliqué qu’un patient pouvait consulter un médecin généraliste au sujet de son état, mais si le médecin généraliste n’avait pas la bonne expertise – en cas de patient diabétique par exemple – un appel à trois avec un spécialiste pouvait alors être initié.

“[Additionally] par règlement, les médecins généralistes ne sont pas autorisés à prescrire certains médicaments – mais les spécialistes sont autorisés à prescrire ces médicaments. Les médecins généralistes vivant dans la même région que le patient pourront alors délivrer les médicaments au patient”, a-t-il ajouté.

Kung a demandé comment ils géraient le processus sur le plan opérationnel – par exemple, en s’assurant que le spécialiste est disponible.

“Il existe donc en fait des systèmes de réservation”, a expliqué Emirza. “Et le spécialiste doit consacrer du temps à fournir le service. Supposons qu’il dispose d’un service physique pendant quatre heures ; il devra allouer une heure à la télémédecine.”

L’hôpital virtuel de Mfine

Finance

“Tout commence avec le chatbot”, a déclaré Prasad Kompalli, co-fondateur et PDG de MFine qui a rejoint le Showcase via Zoom.

Ils ont expliqué que le chatbot de MFine collecte des informations vitales sur la maladie du patient avant même la consultation.

“Si quelqu’un dit [they have a] fièvre, alors nous posons plus de questions à ce sujet. Si quelqu’un dit de la toux, nous enregistrons la toux via l’application – nous traitons le signal de cardio pour pouvoir évaluer s’il s’agit d’une infection des voies respiratoires supérieures ou inférieures. Nous faisons tout cela pour qu’une pré-décision soit prise avant même que le médecin ne rejoigne l’appel vidéo”, a-t-il expliqué.

Avec ces informations en main, le médecin se joindra ensuite à l’appel pour recommander un plan de traitement pour le patient. La communication à trois est également activée dans le cas où un gardien est impliqué dans le scénario.

Kompalli a ajouté qu’en utilisant l’appareil photo d’un téléphone portable, l’application est également capable de mesurer les signes vitaux d’un patient (par exemple, fréquence cardiaque, TA, SPO2, etc.). Avec ces signes vitaux, le diagnostic devient beaucoup plus axé sur les données et le médecin est en mesure de diagnostiquer avec une meilleure qualité.

Le Dr Pacharapha a demandé si MFine s’interfaçait avec un équipement médical.

“Nous ne nous connectons directement à aucun matériel pour le moment. À l’avenir, nous souhaitons nous connecter à d’autres appareils comme les montres Apple par exemple”, a répondu Kompalli.

Lim a demandé à Kompalli de partager l’algorithme que la plate-forme utilise pour distribuer les patients aux médecins.

“Il n’y a pas d’algorithme dans le sens où il est basé sur des filtres que le patient a sélectionnés. Il y a des filtres sur qui est le médecin le plus proche, qui est disponible, ainsi que sur qui vous avez consulté avant la dernière fois. Et en plus des filtres sur quel est leur expérience et combien de patients ont vu jusqu’à présent. Nous ne faisons pas la correspondance. Nous fournissons en fait ces informations, les patients décident du médecin qu’ils veulent consulter », a expliqué Kompalli.

Liquidation de la vitrine

Finance

Smartfuture est devenu le gagnant de la vitrine de l’innovation numérique. Commentant la victoire, Lim a déclaré : « Félicitations aux finalistes. Ce fut une décision difficile pour le panel, mais cela s’est traduit par l’extensibilité de la plate-forme ainsi que par l’étendue de la prise en charge des appareils qui différencie Smartfuture. faire partie du jury, et Zoom tient à s’associer à des fournisseurs pour améliorer et apporter la télésanté au plus grand nombre.”

En conclusion de la vitrine, quelques-uns des juges ont partagé des conseils et des idées.

Développant sa question précédente sur le flux de travail opérationnel, Kung a déclaré : “Comment cela fonctionne-t-il d’un point de vue tactique ? Comment vos cliniciens s’interfacent-ils réellement ? Comment les patients s’interfacent-ils ? Si l’interface utilisateur n’est pas une très grande partie de la conception de votre produit , cela ne réussira pas, car aussi fluide et aussi transparente que puisse être votre démo, si elle en arrive au point où elle devient alarmante, cette fenêtre contextuelle apparaît et elle ne rentre pas dans le flux de travail et c’est [irritating] le clinicien, vous allez échouer. N’attendez pas la dernière minute pour commencer à tester et à regarder cela.”

Partageant son approche de l’innovation numérique, le Dr Pacharapha a expliqué : “Lorsque nous pensons à la transformation numérique, nous recherchons le bénéfice que nous obtenons, n’est-ce pas ? Je ne commence pas par la technologie. J’identifie d’abord un besoin ou un cas d’utilisation, puis je regardez la technologie nécessaire pour fournir cela.”

Faisant écho au point du Dr Pacharapha, le Dr Raja a déclaré: “Les plus gros problèmes du monde sont les meilleures opportunités commerciales. Alors commencez à aimer les problèmes.”



Source link