Entreprises de paris en difficulté, compte bancaire gelé | Le journaliste


  • Ils demandent une prolongation du délai fiscal car leurs comptes bancaires restent fermés

Les opérateurs de paris sportifs sont dans une situation difficile, leurs comptes étant gelés par la Banque nationale d’Éthiopie.

Le compte bancaire des sociétés de paris a été gelé après que le Service de renseignement financier (FIS) a entrepris une vaste campagne de répression contre le marché noir et les opérateurs de transfert d’argent Hawala.

Dénonçant l’action, les sociétés de paris sportifs opérant dans le pays ont déposé des lettres de plainte auprès de la National Lottery Administration (NLA). Les 24 sociétés ont demandé la prolongation du délai de paiement des taxes, qu’elles n’ont pas pu respecter car les comptes bancaires des sociétés de paris étaient gelés.

Les sociétés de paris figuraient parmi les 665 comptes bancaires fermés lors de la répression il y a trois semaines.

Il existe environ 56 sociétés de paris sportifs opérant dans le pays, et leurs comptes dans toutes les banques locales sont gelés, selon leur association. “La lettre du FIC est envoyée à toutes les banques locales pour geler les comptes des sociétés de paris. Nous sommes des entreprises mondiales et la fermeture n’a rien à voir avec nos sociétés mères à l’étranger.

Chaque mois, les entreprises paient 15 % de leurs recettes fiscales au gouvernement. C’est après TVA. Les sociétés de paris paient également une commission de 15% à l’administrateur de la loterie nationale. Ils versent également 0,2 % de leurs ventes aux services sociaux.

Les entreprises perçoivent 15 % des gagnants et les versent au gouvernement.

Toutes ces cotisations sont payées mensuellement, et si elles manquent la date limite au milieu du mois, elles font face à une pénalité de l’Administrateur.

Cependant, les entreprises ont raté les paiements d’octobre depuis la fermeture de leurs banques, selon la société de paris Managers Le journaliste parlé à.

Jusqu’à présent, seules 14 des 56 sociétés de paris ont réussi à payer le tarif d’octobre.

“Nous avons reçu leurs lettres, mais nous n’y avons pas réagi jusqu’à présent. Étant donné que le FIS n’a pas communiqué officiellement avec nous au sujet de la fermeture du compte bancaire, nous ne pouvons pas réagir”, a déclaré Dessie Dejene, directeur des licences et du contrôle à la NLA. “Nous ne pouvons ni obliger les sociétés de paris à payer maintenant ni prolonger le délai. Nous attendons donc que les sociétés de paris viennent payer.

Bien que le FIS ait le pouvoir de fermer les comptes des entreprises pendant un certain temps et d’enquêter sur celles-ci, il ne communique pas avec l’ALN concernant la fermeture des comptes bancaires des entreprises.

Après la clôture des comptes, l’équipe du FIS travaille à l’analyse de la tendance des transactions de l’entreprise, notamment en ce qui concerne les services hawala illégaux et les transferts d’argent, selon des responsables du FIS.

“Les comptes des sociétés de paris sont fermés ; principalement, le FIS a observé des tendances de transfert d’argent importantes et irrégulières dans leurs flux financiers. Ces flux de transactions irréguliers sont donc en cours d’analyse, jusqu’à ce que les comptes restent fermés. Certains de ceux liés aux transferts d’argent informels iront devant les tribunaux », a déclaré un responsable du FIS qui s’est entretenu avec Le journaliste sous couvert d’anonymat car il n’est pas autorisé à parler aux médias.

Le responsable affirme que les sociétés de paris ont déplacé d’énormes sommes d’argent, plus que l’argent dont elles ont besoin pour les sociétés de paris réelles. « Une enquête est menée par la police.

Les transactions douteuses qui ont des flux financiers erratiques sont toujours clôturées et sondées par le FIS.

“Les sociétés de paris sont mises en doute par le FIC car leurs volumes de transactions financières et leurs flux financiers sont supérieurs à leurs transactions commerciales réelles. C’est pourquoi ils sont sondés”, a expliqué le responsable.

Le FIC analyse où ces transactions sont allées, selon le responsable. “Si le flux est lié au marché noir illégal, le procureur général portera plainte. Les transactions élevées sont également liées à l’évasion fiscale », a ajouté le responsable.

Cependant, le responsable affirme que les sociétés de paris ne sont pas légalement autorisées en Éthiopie et que les lois doivent être révisées.

Le FIS est directement responsable devant le Bureau du Premier ministre, ce qui laisse l’administrateur de la loterie impuissant à interroger le FIS, qui a un pouvoir hybride de police et d’autorité de régulation. Il peut prendre des mesures contre toute institution financière erratique et transmettre les affaires au tribunal. D’autre part, la NLA est une entreprise publique (SOE).

“Fondamentalement, les paris sont des jeux d’argent, qui sont fondamentalement un crime et interdits en Éthiopie. Le code pénal éthiopien n’autorise pas les jeux d’argent. C’est un crime, et ce n’est pas une entreprise autorisée. Si de vraies discussions ont lieu sur la question, les sociétés de paris sont des sociétés illégales depuis le début », a déclaré le responsable.

Cependant, Dessie soutient que la NLA a des fondements juridiques pour autoriser les entreprises de paris. “Les paris sportifs sont une activité légale. La NLA est une institution gouvernementale et une entreprise publique. Nous ne nous engageons pas dans des activités illégales.

Les paris sportifs, le bingo conventionnel, les loteries tombola et les loteries promotionnelles, selon Dessie, sont les secteurs d’activité supervisés par la NLA. « Il y a des règlements et des directives pour chacun. L’ALN est établie par proclamation du Parlement. Nous ne faisons rien qui ne soit prévu par la loi. »

Fondamentalement, la NLA ne donne que des permis de travail et des certificats de compétence aux sociétés de paris. Dessie dit que la NLA ne peut pas arrêter de donner des licences aux sociétés de paris à moins que la loi ne soit révoquée.

“Ils obtiennent des licences commerciales du bureau du commerce. Ils opèrent donc sous le code du commerce du pays. La NLA ne leur remet qu’un certificat de compétence prouvant qu’ils peuvent faire des paris sportifs. Nous ne pouvons pas arrêter notre travail simplement parce que quelqu’un dit que les paris sont illégaux”, a ajouté Dessie.

Alors que leurs comptes bancaires restent gelés, les sociétés de paris se sont plaintes de l’approche déroutante du gouvernement vis-à-vis de leurs activités.

“A moins que le compte ne soit ouvert, nous ne pouvons pas payer les salaires des employés, payer les factures ou payer les impôts”, a déclaré le responsable de l’une des sociétés de paris. Le journaliste sous couvert d’anonymat, a déclaré.

Le responsable affirme que toutes les sociétés de paris sont concernées, mais qu’elles ne savent pas quoi faire car le gouvernement n’a fourni aucune indication sur ce qu’il convient de faire après l’interdiction.

“Aucune lettre ou notification officielle ne nous est donnée concernant la fermeture du compte. Nous n’avons entendu que de manière informelle que les comptes bancaires des sociétés de paris étaient fermés à cause du marché noir. Même l’association des sociétés de paris n’est pas communiquée. C’est très difficile. L’ALN a également déclaré que l’affaire était au-delà de ses pouvoirs”, a expliqué le manager.



Source link