La première banque a demandé à une cliente de débloquer son compte, puis 900 000 nairas ont disparu


Muibat Olayemi, une commerçante de noix de coco de Lagos, a accusé la First Bank de négligence ayant entraîné la perte des 900 000 nairas de son compte au profit d’inconnus.

Jamiu Olayemi, le fils de Muibat, a déclaré à la FIJ qu’un homme a approché sa mère en tant qu’agent de service Airtel le 10 octobre, lui demandant son téléphone afin de déterminer si son numéro d’identité national (NIN) était lié à son numéro de téléphone.

Le lendemain, Muibat s’est rendue à la succursale de la First Bank à Abule Egba et s’est rendu compte que 190 000 nairas avaient été déduits de son compte bancaire.

LIRE AUSSI : Une étudiante rate le test suite à l’échec de la première banque à libérer ses frais de scolarité de 50 000 N

« Un homme est venu au magasin de ma mère en prétendant travailler avec Airtel. Il a demandé à ma mère son téléphone et a dit qu’il voulait faire quelque chose à propos de son NIN. Ma mère avait des problèmes avec son téléphone. Elle pouvait passer des appels mais ne pouvait pas en recevoir. Alors, elle a innocemment donné son téléphone à l’homme. C’était le 10 octobre. Je ne sais pas ce qu’il a fait au téléphone, mais ma mère a découvert qu’environ 190 000 nairas avaient été déduits de son compte bancaire lorsqu’elle s’y est rendue le lendemain », a déclaré Jamiu à la FIJ vendredi.

“Ma mère m’a appelé pour m’informer de son manque d’argent. Je lui ai conseillé de dire à sa banque de bloquer le compte, ce qui a été fait. Le lendemain, qui était le 12 octobre, je suis allé à la banque pour confirmer comment l’argent avait quitté le compte de ma mère. Ils nous ont dit que l’argent avait quitté le compte bancaire via USSD. J’ai demandé un relevé de compte et les responsables de la banque m’ont dit d’écrire à la banque pour débloquer le compte bancaire.

“J’ai écrit à la banque et j’ai obtenu le relevé de compte. La déclaration a montré que l’argent avait quitté son compte en bits de recharge de 20 000 N et en transferts de 10 000 N vers quelques autres comptes bancaires. Quand j’ai vu cela, j’ai demandé à la banque une enquête sur les comptes dans lesquels l’argent volé était entré.

Jamiu a déclaré à FIJ qu’il avait dit à la banque qu’il voulait que personne d’autre n’ait accès au compte bancaire de sa mère et a suggéré à la banque de désactiver l’USSD et les services bancaires par Internet sur le compte.

“Je leur ai dit que le compte devait être bloqué et que seule ma mère pouvait faire des retraits à la banque. J’ai donc été surpris lorsque ma mère m’a appelé pour me dire que ses fonds restants avaient été déduits du même compte. C’était le 18 octobre.

“C’était un compte bancaire qui devait faire l’objet d’une enquête. Je ne savais pas pourquoi ils n’avaient pas désactivé l’USSD après leur avoir dit de bloquer le compte. Quand j’ai vu le relevé de compte le 18 octobre, j’ai remarqué que l’argent avait été déduit en N20 000 et N10 000 bits.

À LIRE AUSSI : Un an après avoir reçu des services, First Bank doit toujours Augene Business Synergy N1.9m

Finance
Finance
Finance
Le relevé de compte de Muibat Olayemi est le 18 octobre

Selon Jamiu, le directeur de la succursale d’Abule Egba ne s’est pas occupé de lui jusqu’à ce que lui et sa mère soient allés se plaindre à la division de police de Meiran.

“Ils m’ont dit de faire ce que je voulais faire. J’ai donc appelé le centre de contact de First Bank et j’ai découvert que le compte n’avait jamais fait l’objet d’une enquête. Ils n’ont rien fait et leur négligence a entraîné la perte des 900 000 nairas laissés sur le compte de ma mère. Le directeur de la succursale s’est occupé de nous parce que nous avons apporté l’introduction en bourse du poste de police de Meiran à la banque », a déclaré Jamiu.

“C’est lorsque je suis allé au siège de First Bank à Marina qu’on m’a dit que la succursale voulait que je débloque le compte bancaire pour récupérer des frais de service pour le relevé que nous avons demandé, pas pour une enquête. J’ai été dirigé vers l’unité de lutte contre la fraude de First Bank et nous avons fait des progrès.

«Ils nous ont permis de perdre 900 000 N à cause de frais de service N80. First Bank a déjà interrogé la succursale d’Abule Egba à ce sujet, mais nous voulons un remboursement de ce que nous avons perdu.

«Si le premier vol de N190,000 était de notre faute, le N900,000 était dû à la négligence de cette banque. Cela a eu un sérieux impact sur le bien-être et les affaires de ma mère. Ma mère n’a plus rien dans son sac. Elle est en panne depuis.

Lorsque FIJ a contacté First Bank pour savoir comment elle prévoyait d’aider Jamiu et sa mère, elle a demandé le numéro de compte du client avant de pouvoir “conseiller de manière appropriée”.





Source link